Ces dernières semaines n’ont pas été faciles pour Irène Frain, elle est revenue sur les moments difficiles auxquelles elle vient de passer. En réalité, sa sœur Denise a été complétement massacrée et a passée environ deux mois dans un hôpital, où elle a fini par rendre l’âme. C’est d’un marteau qu’on s’est servi pour l’a frappée, la mettant dans un état critique. Cette agression a choqué tout son entourage et particulièrement sa sœur qui est abasourdi par cette horrible action.

Cette scène dramatique s’est passé dans leur résidence de Brétigny sir Orge dans l’Essonne. C’est dans cette maison que Denise a vécu l’enfer, décédée à 79 ans. Sa sœur, Irène a dernièrement écrit un livre intitulé « Un crime sans importance », où elle détaille atrocement ce drame qui a choqué de nombreux français.

C’est en date du 08 septembre 2018 que cette tragédie s’est déroulée. Cette femme de 79 ans sans histoire et peu connu a vécu l’enfer en quelques secondes. Quelques jours avant son décès, dans la même ruelle, plusieurs dames avaient été signalés aux forces de l’ordre. Une enquête avait été ouverte pour identifier cet agresseur au marteau, qui s’en prenait plutôt à des femmes.

La manière d’opérer de cet agresseur est resté le même. Il commençait par faire un repérage des lieux quelques jours avant et ensuite identifier les personnes âgées et de préférences des femmes. Son but principal était de dérober les objets de valeurs et les bijoux de ces dames. Et pour le faire avouer des endroits où elle les conserver, il les frappait à coups de marteau.

Après avoir essayé de contacter à plusieurs fois sa sœur, n’ayant pas de retour Irène décide d’appeler la police pour leur faire part de son inquiétude. Arrivé sur le lieu du crime, les enquêteurs tombent sur cette scène horrible. De la vaisselle brisée, du sang sur les meubles, sur les draps et un corps inanimé. L’enquête révélera des éléments choquants, mais l’agresseur court toujours en liberté …

« On m’a caché des choses et même menti. Encore maintenant, la mort de ma sœur est considérée comme de cause indéterminée au motif qu’elle est morte à l’hôpital, sept semaines après cette agression sauvage à coup de marteau.

On m’a même dit à un moment donné que le décès de ma sœur n’avait aucun lien avec les autres agressions. Ce livre est aussi pour les autres victimes », a conclu l’écrivaine.